Urbanbike

Recherche | mode avancée

Mais tu passes trop de temps sur ton iPhone, décroche !

Une injonction qui m’agace prodigieusement !

dans dans mon bocal | grospod
par Jean-Christophe Courte

Surtout quand elle est énoncée par des personnes qui passent leur vie sur …facebook1 !

Oui, cela m’a prodigieusement gonflé hier de découvrir que c’etait (sic !) la journée sans portable, que ceux qui refusent (!!) de se plier à cette injonction sont nécessairement des personnes qui ont peur de se retrouver sans leur écran2.

Alors oui, je le confesse, mon iPhone me suit partout.

Mes clés, ma carte d’identité et mon iPhone

Me suivre ne veut pas dire qu’il est toujours dans ma main !

…il passe 80 % du temps (le jour) dans la poche de mon Jean (ou de ma veste, c’est selon !). Et 100 % de la nuit sur ma table de chevet, vu qu’il se mue en diffuseur de podcasts sur Castro !

Ce qui est affligeant (…mais il est vrai que je n’évoque que mon usage), c’est de ne pas imaginer que l’on peut vivre avec son smartphone sans avoir le nez collé dessus.

Bien entendu, je croise des tas de personnes qui se baladent avec leur téléphone à la main, qui nous font partager leurs palpitantes conversations dans la rue3 tout en marchant ! Je n’en fais pas pour autant une généralité !

Des usages, pas un usage !

Mon iPhone a de multiples usages qui vont de la fonction appareil photo (…ce sont mes fidèles Canon qui font la gueule…!) à celui de carte routière en passant par juge de paix pour s’accorder sur l’origine d’un mot (dictionnaire).

Déjà, évoquer une dépendance à un écran qui endosse de multiples rôles, c’est oublier que celui-ci sert à lire (des livres epub), à écouter des tas de podcasts (jamais autant entendu d’émissions passionnantes !)… Voire écrire4. Et même recevoir un 7 février une information clé5

Pour ces diverses raisons, cette journée sans portable me paraît incongrue ! De plus, j’ai pris connaissance de cette journée via twitter sur mon portable, gag !

Je voyage et le iPhone me permet de me déplacer léger et confortable. Je m’en suis expliqué dans un Long billet, urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone.

Actuellement, je vis en Espagne et je m’encombre de peu de choses au quotidien, ce qui me permet d’avoir du temps pour lever la tête et apprécier l’architecture des villes que je visite, contempler les paysages ou …déguster les spécialités régionales.

J’utilise peu mon Macbook comme mon iPad Pro même si ce dernier me sert pour écrire au stylet ce billet. Seul le téléphone portable (…cet écran fort mal nommé…!) me laisse un sentiment de légèreté6 indispensable…

Bien entendu que je pourrais, comme il y a plus de 50 ans7, me déplacer sans cet écran, juste avec une carte papier (ou pas) et un “vrai” appareil photo (ou non…!), un crayon et un carnet papier.

Alors, désolé de contrevenir au mot d’ordre, à la bienpensence, mais je vais sortir me balader avec ma fille dans la vieille ville cet après-midi… Avec ce maudit portable !

reduc-450


  1. Cet espace censé remplacer internet ! 

  2. Et, bien entendu, d’aucuns ont inventé un mot pour caractériser cet état, mot que je ne retiens pas, l’idée me semblant plus sotte que grenue ! 

  3. C’est assez habituel ici, à Salamanca en Espagne, mais est-ce liée à des pratiques importées par les étudiants qui viennent, nombreux, suivre des études : la question mérite d’être posée sans en tirer d’hatives conclusions. 

  4. Publier moins ne veut pas dire ne plus écrire. Loin de là… 

  5. Vautours 0, ma tribu 2 (comprend qui peut) 

  6. D’aucuns vont évoquer le concept de servitude volontaire. J’assume. 

  7. St Cloud - Orléans, il y a 50 ans, en mobylette (et sans rien, sans un rond car cela n’était même pas venu à l’esprit de mes parents…). 

le 07/02/2019 à 18:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?