Urbanbike

Recherche | mode avancée

MyScript Nebo, des notes sans clavier sur iPad Pro

Encore un billet ?!

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Si vous êtes un “vieux” lecteur d’urbanbike, cette nième digression sur une application comme MyScript Nebo ne devrait pas vous surprendre. C’est ma façon de “suivre” les applications que je retiens pour mon usage quotidien : j’y reviens car les approches successives changent ma perception initiale. De plus, la première rencontre avec Nebo interpelle immédiatement : mais “Quid” du clavier ?

Aucune possibilité de s’en sortir en appelant des touches de clavier à la rescousse, seul un écran avec des lignes interlignées pour vous assister dans l’écriture manuscrite comme sur un cahier papier ou des feuilles A4. Reste ensuite à se saisir d’un Pencil (et lui seul), le fameux crayon numérique d’Apple et tracer vos premières phrases. Puis à être surpris par la capacité de reconnaissance de votre écriture par Nebo.

Attention ! Comme sur une feuille de papier, pas possible de réaliser des copier/coller vu que vous écrivez à la main. Vous éditerez plus tard, après avoir exporté vos notes dans un traitement de texte. Par contre, pas de souci pour vous intercaler dans un paragraphe existant, ajouter des mots, en supprimer. MyScript Nebo est une application de prise de notes manuscrites. Une fois que vous avez accepté ce préalable, vous allez détester ou aimer…!

Alors, sur la durée ?

Après avoir rédigé un précédent billet — urbanbike | Pourquoi je suis revenu sur Nebo pour mes premiers jets sur iPad Pro… — qui faisait le point sur mes réflexions à propos de mon envie de me passer du clavier sur l’iPad et du choix de Nebo au détriment de Stylus, application développée par le même éditeur, la seule question qui restait en suspens dans mon for intérieur était de savoir si j’allais m’y tenir !

Et, à ma grande surprise, oui.

Bouleverser mes habitudes est une tradition mais n’y avait-il pas dans cette dernière décision une forme d’attitude bravache qui allait s’effondrer au bout de quelques jours ?

Quitte à rédiger sans l’assistance d’un clavier avec touches, quitte à retrouver la sensation de l’écriture au crayon, la calligraphie, il m’a fallu encore procéder à des ajustements dont celle de l’épaisseur du trait que j’avais tendance à afficher un peu trop gras.

Ajustements de confort

Après quelques essais, tant en mode jour qu’en mode nuit, la valeur 0,25 tient la route même si elle reste assez fine.

Enfin le choix de l’orientation de l’écran, portrait ou paysage ? Comme le iPad Pro brûle pas mal d’énergie quand j’écris, je le laisse branché à l’alimentation avec le cordon en haut et le mode paysage s’est imposé sans discussion.

Je ne reviens pas sur la fluidité de la pensée qui galope (sic…!) à la même vitesse que la calligraphie, au plaisir de dessiner des lettres, de s’appliquer pour que l’écriture manuscrite soit reconnue par Nebo, etc.

Bref, je suis heureux de m’être acharné (sans trop de douleur, n’exagérons pas !) et d’avoir retrouvé également le plaisir de biffer pour corriger, d’insérer des traits verticaux pour joindre ou séparer des mots, des phrases, de tapoter d’un doigt pour forcer en cours de route le basculement de mon écriture en caractères d’imprimerie.

reduc-450

Bien entendu, mon poignet droit et mes doigts ont repris de l’exercice et peuvent fatiguer après quelques heures d’écriture sur la surface lisse du iPad. J’envisage de tester cette texture “papier” que l’on peut placer à la surface de l’écran pour qu’il soit moins… glissant.

Chacun trouvera sa formule, son équilibre, sa martingale.

Mais, au risque de vous saouler un tantinet, quelle plaisir d’écrire à la main.

Pour quelle cible ?

Je reviens sur un petit plus, la ligne qui précède le paragraphe que vous êtes en train d’écrire et qui vous permet de visualiser en continu ce qui est compris, transcrit par Nebo et, accessoirement, de préciser à l’application que ce que vous avez écrit et non le terme que Nebo a interprété.

reduc-450

Vous noterez au passage que les accents sont positionnés, ce qui vous permet également de les ajouter dans votre écriture, confirmant le bon choix effectué par Nebo et vous permettant à l’occasion d’améliorer votre propre orthographe.

Bref, cette reprise en main (sic !) de votre écriture manuscrite a nombre d’avantages dont vous amener à nettement mieux écrire tant sur la forme que sur le fond !

La question qui reste en suspens est celle du public intéressé par une telle application. Je ne peux évoquer que ma propre expérience1 de vieux.

Néanmoins, c’est une application qui doit être essayée par tous ceux qui vous côtoient, petits ou grands !

Des manques ?

Hormis le mode “nuit”, je pense que des accès immédiats à des outils tiers peuvent devenir redoutables. Par exemple, un accès au Bescherelle Conjugaison pour vérifier une conjugaison, au Petit Robert de la langue française pour vérifier le sens d’un mot ou trouver un synonyme.

Voire, une fois en mode texte, une commande pour passer de minuscules en majuscules ou ne capitaliser que la première lettre. Bien entendu, tout cela peut s’effectuer une fois transféré dans Drafts, etc. Mais ce sont des idées pour assister un peu plus le rédacteur, options que l’on trouve dans Textkraft Professional par exemple.

reduc-450

En tous cas, passez un peu de temps à apprendre les gestes pour mieux utiliser MyScript Nebo (…ce sont les mêmes que ceux de Stylus) et souvenez-vous que ce n’est pas un traitement de texte mais bien un outil de prise de notes !

reduc-450

reduc-450

Puis à vous relire et travailler vos notes dans un autre contexte. Dans mon cas, c’est généralement dans Drafts (mais, ici, dans la version 5, celle qui arrive incessamment sous peu…) que cette relecture et ajout de balises et liens s’effectue…

reduc-450

À vous de réfléchir…!

Bien entendu, ce qui précède (…l’usage même de Nebo) ne fonctionne que sur des iPads supportant un Apple Pencil. Sinon, le reste du temps, je prends mes notes sur iPhone directement dans Drafts.


  1. Attention : je ne suis pas un exemple à prendre en compte. J’ai appris à lire et à écrire très tard et trop vite. Ensuite mon écriture désastreuse a été amendée par mes années d’architecture. C’est à ce moment là que j’ai commencé à accepter ma calligraphie. Écrire à la main est peut-être une revanche sur ma scolarité. 

le 08/04/2018 à 15:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?