Urbanbike

Recherche | mode avancée

Quand la mémoire immédiate fout le camp | 2

Rappel : aucune solution n’est satisfaisante

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet à l’arrache…

Depuis des mois1, toutes les options ont été pesées, dont celle du maintien à domicile et garde de nuit. La moins pire a finalement été prise avec un transfert dans une unité Alzheimer adaptée.

Les options visitées dans la région parisienne n’étaient pas folichonnes avec de rares bouts de jardin riquiqui dans des environnements dépressifs. En l’état, la province à quelques minutes en voiture de l’un de nous a été privilégiée même si cela amenera le gros de la tribu à voyager pour les visites2.

La recherche continue, pas question de se satisfaire d’une solution qui a, certes, des avantages mais ne nous semble pas optimale…

Entre temps, pas mal de visites d’EHPAD3 et quelques constats généraux en vrac…

  • Les architectes qui conçoivent ces lieux4 devraient y vivre en vase clos une semaine, histoire de prendre conscience des dysfonctionnements de leurs projets…
  • le coup des verrières plein sud (…avec vitres fixes pour éviter les accidents et possibles suicides) sans possibilité de tamiser efficacement le soleil mais avec la climatisation à fond est juste un pur délire…
  • certes, les sièges de style en skai, ça fait cossu avec moulures de style et c’est facile d’entretien (…un coup d’eponge) mais allez y poser vos fesses une après-midi pour voir et transpirer…
  • pire, c’est inconfortable, le corps est contraint : pas question de poser son bras sur un dossier…
  • la déco à base de mauvaises photocopies, en A4 noir et blanc, c’est pas excitant même si l’idée de base est louable. Vu le prix de la journée, il est peut-être possible de faire plus grand, plus chouette et pérenne.
  • la radio branchée sur une fréquence qui plaît au personnel, c’est sympa… pour le personnel5. Surtout les basses ! Mais pour des personnes âgées même désorientées, une ambiance sonore plus proche de leur jeunesse serait un plus, côté stimulation et même leur offrirait l’occasion de fredonner quelques refrains. Si, si…
  • les différences de seuil dans les passages qu’empruntent les fauteuils roulants, c’est tiré d’un manuel de Vauban6 pour freiner les assaillants ? Il est vrai que notre beau pays possède l’art consommé de repousser les échéances7 parfois…
  • côté jardins, ajouter quelques fleurs et arbustes, trop compliqué ?
  • les vêtements des soignants qui te rrenvoient constamment à ta condition de patient. La aussi, une réflexion à envisager du côté des fabricants.
  • le matin, les personnes sont posées dans un coin en attendant quoi ? Pourquoi pas quelques dessins à colorier (…permet de conserver une certaine dextérité, se faire plaisir dans le choix des couleurs et passer ludiquement le temps). Surtout quand on oublie même de mettre un poil de musique.
  • quitte à mettre la télévision, pourquoi ne pas privilégier les jeux ? Idem à la radio vers 12:45…! Bref, même si cela peut sembler ringard, pas mal d’afficher de telles émissions (…et je suis certain que certains seraient bien étonnés, tous ne sont pas gelés face à des chiffres et les lettres, loin de là…)
  • penser aussi aux accès pour les familles8 et non exclusivement pour les véhicules de transport autorisés…
  • etc.

Je reviens sur une idée d’installer ce type d’établissement dans des lieux avec de l’animation, dans un centre commercial9 carrément… Et non, à mille lieues, loin… Un cadre urbain pour des gens qui ont toujours vécu en ville n’est pas inadapté…

Bref à nous d’imaginer des lieux de retraite avec un minimum de stimulation… toute la journée et non une heure syndicale…

Note de fin : une littérature professionnelle existe mais encore faut-il avoir le courage de la lire, avoir été confronté au problème (…et cesser de chausser de petites lunettes roses), se mettre dans la peau des personnes qui vont occuper ces lieux.
Quelques pistes :

Bon, que tous ces personnes qui s’en foutent se souviennent qu’elles y viendront à leur tour, belle ironie10

Si, si, désolé de foutre les jetons…!

On me reproche parfois de trop changer de sujet, passer du vélo aux applications pour tablettes, des traitements de texte aux voyages et même d’évoquer des trucs qui dérangent, dépriment comme vieillir… Vous n’entendez pas mon rire ironique !?


  1. cf. urbanbike | Quand la mémoire immédiate fout le camp 

  2. la bonne question est de se souvenir qu’il s’agit du bien être de la personne âgée et non du confort de sa famille, non l’inverse. 

  3. urbanbike | Vieillir chez soi | 4 

  4. ce n’est pas nouveau, nos profs d’achi nous faisaient déjà ce type de réflexion de bon sens. Et c’est aussi valable pour les lieux accessibles en fauteuil. 

  5. cela me remet en mémoire la télévision laissée sur une émission de divertissement (pendant la toilette) au lieu de la remettre sur ARTE comme le souhaitait mon père en repartant… Et lui incapable de changer de chaine, trop faible… 

  6. Sébastien Le Prestre de Vauban 

  7. urbanbike | Des bâtons dans les roues… Et comment…! 

  8. urbanbike | Vieillir chez soi | 5 

  9. J’avais évoqué cette idée dans ce billet en 2014, urbanbike | Tu sais que tu deviens vieux | 7 avec la toubib péruvienne qui s’occupait de mon père. Et son idee me semble plus que jamais astucieuse (surtout quand il ne se passe rien en matière de stimulation le matin après la toilette. 

  10. Relire urbanbike | À la fin, tous à la même enseigne… 

le 12/06/2016 à 10:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?