Urbanbike

Recherche | mode avancée
Abonnement au fil RSS ou ATOM

Quel avenir pour les appareils photo numérique ?

Quelques réflexions en passant

dans groummphh | photo
par Jean-Christophe Courte

En rédigeant ces derniers jours une arborescence informative autour de la photographie numérique, j'ai fait à nouveau un tour des produits proposés par les constructeurs.

Jusqu'à ces derniers temps, le boîtier numérique haut de gamme restait la modénature du reflex que nous utilisions naguère (et non jadis…!) en photo argentique. Maintenant que le passage au numérique est pratiquement achevé, il est certainement temps de repenser l'ergonomie de nos boites à pixels, oublier le volume de la bobine de film. Bref, inventer le boitier numérique…!

Ceci d'autant que notre boîte à pixels à objectifs interchangeables fait désormais office d'appareil photo mais aussi de caméra vidéo avec des rendus époustouflants qui lui valent un succès sans précédent de la part des réalisateurs. Le succès du Canon 5D mark II est là pour en témoigner. Cela associé à des optiques de course a permis de produire jusqu'à des épisodes de séries télévisées fort connues…

Certains veulent aller encore plus loin et militent désormais pour un écran à tout faire comme sur un bridge ou un compact. Exit la visée optique des reflex…?

Autant je crois qu'il est effectivement urgent de de remodeler l'ergonomie générale de nos outils de travail, autant mon allergie au "tout écran numérique" se réveille de plus belle. Non, j'ai besoin que mon oeil ne soit séparé de mon sujet que pas quelques lentilles et non renvoyé par un écran comme les fabricants le projettent à terme.

Certes j'apprécie particulièrement l'écran orientable de mon Canon G11 lors de prises de vue urbaines ou en photo rapprochée dans des conditions acrobatiques ; autant je n'ai pas trouvé plus confortable et précis qu'une bonne visée réelle via le jeu traditionnel de miroirs des reflex associé à des optiques à grande ouverture, lumineuses… Que ce soit la nuit ou en plein soleil, même en imaginant sans peine que la technologie des écrans va encore progresser, le plaisir de la photo réside très certainement — à mes yeux (sic !), et c'est le cas de le dire — dans cet instant où, l'oeil collé au viseur, j'apprécie le cadrage de l'image à venir… Sans reflets, sans bruit numérique, sans distorsion artificielle des couleurs.

Juste la fusion de mon oeil et de l'optique employée.

Par contre, trouver un moyen pour ne plus coller mon nez contre l'écran de contrôle hormis en réalisant des verticales, proposer une nouvelle distribution des commandes essentielles, imaginer une autre manière de ternir cet ensemble, penser le tout comme un outil capable de capter tant de l'image que des séquences animées, déporter l'écran de contrôle pour se balader dans les options des menus et, accessoirement, l'utiliser pour des opérations spécifiques, certainement…!

Rien à voir…
Quid de la biodiversité dans cette image…?

plein cadre

C'est bien évidemment en la retraitant à l'écran que l'on redécouvre comme dans la série où est passé Charlie quelques figures de nos jardins…!

Les pucerons en vadrouille et l'araignée en attente…

détail

20100603_wordi.png
Note(s) de lecteur(s)…

Jean Frédéric ajoute…
Le viseur est vraiment à supprimer, c'est cher et ça tient de la place.
En plus, s'il est optique, c'est carrément de l'archaisme.
Et puis c'est frustrant.
Pas de plaisir à deviner en plein soleil ce qui se passe sur l'écran.
Pas de gymnastique pour tenter de viser un skieur en mouvement et découvrir ensuite qu'il est coupé ou hors champ…

Bien entendu, c'est à lire en mode ironique avec force points d'exclamation…

le 03/06/2010 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?