Urbanbike

Recherche | mode avancée

Réflexion | Seniors, écrans et claviers : avec le temps, quid de nos propres limites ?

Serons-nous en état de les utiliser en fin de course ?!

dans dans mon bocal | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avec la disparition des bureaux de proximité des services publics1, l’obligation de disposer d’une connexion internet pour dialoguer avec ces derniers, je crains que nous allions au devant de nombreux problèmes2 tant pour les actifs largement habitués à l’usage des écrans et des claviers, que pour les personnes âgées, vulnérables, mais aussi celles et ceux en situation de handicap (perte d’autonomie, accident, etc.).

Sans chercher loin, il suffit de questionner nos aînés, mais aussi tous ceux qui n’ont pas eu à utiliser des machines à écrire au cours de leur vie. Et écouter leurs réponses…

Naguère, il suffisait de se rendre auprès du conseiller ad hoc avec les documents qui posaient problème ; voire d’échanger au téléphone vu que nous avions alors un numéro direct pour le contacter (!), pour obtenir un début de réponse.

Ces temps semblent finis alors que, paradoxalement, de nouvelles vulnérabilités3 apparaissent…

En effet, quand vous ne pouvez plus vous déplacer, quand votre champ visuel se réduit à néant suite à un glaucome, quand la prise de rendez-vous passe obligatoirement par un standard automatique (genre… tapez 1, tapez 2…! Veuillez prononcer un mot clé… Pardon, je n’ai pas compris…), quand la moindre démarche requiert une connexion internet via un site dédié avec identifiant et mot de passe, quand le peu de matériel informatique dont vous disposez devient obsolète, quand votre entourage proche se réduit, voire devient inexistant, vous faites comment ?

Ou, plus exactement, comment ferez-vous demain ‽

La génération papier s’éteint peu à peu…

Pour ma part, j’ai découvert l’informatique en 1984 après avoir tapoté sur des machines à écrire mécaniques puis électriques4. Mais nombre de personnes de ma génération y sont venues bien plus tard.

Pour les précédentes, rares étaient les personnes vraiment à l’aise avec ces outils sauf si elles avaient eu des postes dans des entreprises qui les avaient conduites à l’usage régulier d’un clavier.

Pour illustrer ce gap, je n’ai qu’à plonger dans ma propre histoire, dans celle de ma famille, évoquer ma mère née en 1926 ou mon père, né une année plus tôt.

C’étaient des représentants de la génération papier. Ou, plus exactement, de la génération formée à la plume Sergent-Major et encriers en verre sur les bancs de l’école républicaine. Des personnes habituées à écrire du courrier à la main.

La technologie est arrivée tardivement… Un exemple : mon père a conservé ses increvables règles à calcul, celles de ses études d’hydraulique à la Houille Blanche de Grenoble. Néanmoins, je me souviens parfaitement qu’il avait fini par s’offrir une petite calculatrice HP à notation polonaise inversée dans les années 80.

Ce fut la seule intrusion5 d’une technologie novatrice qui m’ait marquée hormis le combo habituel télévision, HiFi et téléphone. Je me souviens, gamin, du téléphone à cadran rotatif en Bakélite.

En vieillissant, mes parents, avec arthrite dans les mains et lunettes sur le nez, furent moins à l’aise avec les claviers de leurs téléphones portables.

Ma mère employait un modèle pour seniors de la marque Doro avec un gros clavier simplifié ; mon père un Nokia 23106 de 2006 au clavier ramassé, ce qui lui posait quelques problèmes en composant ses numéros.

Arrivée de l’ordinateur via internet…

L’informatique est arrivée tardivement chez eux via une box et la VoIP pour limiter les factures téléphoniques. Malheureusement, ce fut un ordinateur portable Toshiba qui leur fut livré7 et mon père de s’offrir un gros cours sur Windows8 bourré de feuillets mobiles.

Inutile d’ajouter que l’usage de cette machine fut bref9, tant du fait de la lenteur de la machine que de leur propre difficulté à apprivoiser cet univers étrange, découvrir les Mails, naviguer sur le net avec Explorer. Et être largués face à l’interface même de l’OS, ses mille icônes à associer à des applications précises, les innombrables boites de dialogue…

En déménageant et vidant la maison de mes parents, j’ai retrouvé un mode d’emploi calligraphié de quelques pages réalisé par de la famille proche, pages résumant toutes les opérations avec force petits dessins pour illustrer les touches à actionner… N’ayant jamais reçu un seul courriel de mes parents, je pense que tout ceci resta au stade de projet.

Je me souviens avoir assisté quelques heures mon père pour lui essayer de lui expliquer Explorer, le démarrer depuis un alias sur le bureau. Je lui avait indiqué comment accéder à urbanbike (!!) mais, au vu des difficultés qu’il avait à lancer une recherche, saisir dans la barre d’URL, éteindre cet ordinateur portable avec le bouton démarrer, je pense qu’il n’est jamais venu me lire10.

Enfin, point souvent oublié, la manipulation de la souris restait complexe pour ces personnes âgées qui n’arrivaient pas toujours à relier déplacement de cette dernière sur le bureau et position sur l’écran.

Lors de ce passage ce week-end là, je me souviens que ma mère avait passée une tête pour me demander comment contrôler cette souris, essayer devant moi mais n’arrivant absolument pas à guider le pointeur sur l’écran11, gênée par cette relation spatiale étrange ainsi que par ses rhumatismes déformants. Elle n’y arriva pas, ni ce jour, ni par la suite. D’ailleurs, quelques temps plus tard, elle me glissa dans un bref échange que seul mon père conservait quelques velléités à essayer de l’utiliser, sans plus de succès d’ailleurs.

L’emplacement de leur installation — coincée sur un bout de palier inconfortable le long de l’escalier — n’était pas le plus propice aux joies du surf avec un simple tabouret et une planche faisant office de bureau, encombrée de paperasses diverses, de câbles multiples voire des codes d’accès à leur box réécrits au crayon de bois…! Seule l’imprimante permettait à mon père de photocopier parfois quelques documents.

La place pourtant ne manquait pas pour installer un poste numérique à un emplacement plus confortable mais le choix de cet emplacement étriqué signait de facto un refus12 implicite à s’investir dans cette technologie qui les dépassait.

C’est là où je regrette amèrement que l’iPad soit arrivé bien trop tard. Leurs amis de la même génération, tous ceux qui ont démarré avec un écran tactile, n’ont pas eu ces difficultés.

Quelques leçons tirées de cette expérience…

Sous la forme de quelques truismes…

Conserver une relation de confiance avec ses proches (vos parents et/ou vos enfants) et accepter d’être dépassé…!

Parler en n’évitant pas toutes les questions qui fâchent…!

Installer des outils numériques compatibles avec vos capacités.

Ne pas se laisser refourguer du matériel sous le fallacieux prétexte que c’est : offert, pas cher, une bonne affaire13.

Continuer à se former14

…à l’utilisation de Touch ID *et d’une application comme *1Password pour ne plus laisser les mots de passe en clair, c’est-à-dire à portée de regard. Etc.

Corollaire : éviter de dépendre de tiers dont vous ne mesurez pas les réelles intentions15 !

Car il arrivera un jour où il faudra déléguer, faute de capacités à s’en charger soi-même.

Anticipez !

Ce sera mon dernier conseil : anticipez…!

N’attendez-pas le dernier moment pour laisser les commandes à vos proches16, voire d’être réduit à l’état de légume !

Bref, réglez calmement les querelles imbéciles qui empoisonnent les relations17.

La vie passe et, à la fin, on trépasse ! Autant que ce soit sans rancœur ni rancune.


  1. Si le service des impôts fait encore de la résistance dans ma ville (…avec des personnes compétentes à l’écoute), j’assiste à la disparition de la Poste de quartier, des services bancaires, guichets de train, bureaux des caisses de retraite, caissières dans les grandes surfaces… Certes, je peux acheter mon billet de TGV en ligne, consulter mes comptes sur mon mobile mais le contact avec les humains est rompu, la machine — parfois non rechargée en papier…! — avec son omniprésent écran (…ses écrans…!) et son incomparable lenteur nous sont imposés… 

  2. Je suis revenu plusieurs fois sur ce sujet, notamment en 2017, urbanbike | Arnaques et petits vieux et urbanbike | Arnaques et petits vieux | 2 

  3. Je pose à nouveau ceci, libre à vous de les ignorer… urbanbike | Face aux manipulateurs, écouter nos propres alertes… 

  4. Composphère IBM après des machines à stencil ou des machines à écrire Orator pour saisir les titres des slides pour des présentations visuelles. Relire urbanbike | Keynote, arrière-petit-fils d’une Composphère… | 1 

  5. …et marquée à vie ! Lire urbanbike | Polonaise inversée 

  6. Toujours opérationnel jusqu’en septembre 2018, moment où nous avons troqué cet antique et increvable téléphone hérité de mon père pour un iPhone 5s sous iOS 12… 

  7. Je n’ai jamais compris pourquoi ce portable débarqua chez mes parents, la seule explication que ma mère me donna était que le Mac était plus cher. Dommage, car c’était la plateforme sur laquelle j’aurais pu leur être d’une réelle utilité. 

  8. Nul n’est prophète en son pays ou dans sa famille. 

  9. Mais pas pour tout le monde… 

  10. En rédigeant ce billet, je pense qu’une certaine forme d’orgueil lui commandait également de ne pas me demander de répéter, de ne pas me montrer qu’il était déstabilisé par cette technologie. Pire, de ne pas me faire confiance vu mon parcours atypique en regard du sien. urbanbike | …Tu sais que tu deviens vieux | 13 

  11. Alors, se servir de Microsoft Word pour rédiger l’unique correspondance que d’aucuns lui prêtent, bien moins encore. Surtout avec un étrange niveau de maîtrise (!) de ce traitement de texte, niveau sur lequel je reviendrais dans une prochaine chronique. Ou pas. 

  12. Relire ce billet de 2015 urbanbike | Banque en ligne et personnes vulnérables 

  13. Pour cela, il faut discuter, échanger et confronter nos points de vue. Et non choisir la solution du vendeur qui va leur/vous assurer que c’est facile (premier mensonge). Le vendeur installe sa solution et se moque bien des difficultés que rencontreront après coup vos proches ou, demain, vous-même. 

  14. Comme je l’ai écrit en amont, c’est là où un écran tactile comme celui du iPad est préférable avec, accessoirement, un clavier alternatif sur l’écran comme celui de SwiftKey, clavier sur lequel on peut laisser le doigt appuyé sur l’écran pour relier toutes les lettres d’un mot. Ou Stylus avec un stylet… 

  15. Devenir dépendant de tiers fraîchement débarqués dans vos relations revient à ouvrir une boîte de Pandore. 

  16. Ma petite tribu possède déjà toutes ces informations. Notre règle d’or est de se parler sans tabous, avec une totale transparence. Bref, l’inverse des générations qui nous ont précédé. 

  17. J’imagine que, comme moi, vous avez quelques exemples en tête de mésententes familiales homériques qui pourrissent les relations. Avec refus de se parler, fâcheries anciennes, orgueil démesuré, des situations nées sur des malentendus perdurent. Ce serait risible si ce n’était trop souvent stupide ! Prenez le temps de vous écouter et de vous parler. Corollaire : certes, pas pire sourd que celui ou celle qui refuse d’entendre. 

le 03/12/2018 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?