Urbanbike

Recherche | mode avancée

SuperDuper! sous macOS 11.x…

Dupliquez vos sauvegardes, bon sang !

dans dans mon bocal | groummphh | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

Confinement et couvre-feu ? Profitez du temps disponible1 pour vous atteler à une tâche que vous remettez régulièrement : celle de la sauvegarde de vos données !

Nous vivons une période complexe, anxiogène : ça va des conditions de travail (quand on en a encore un), du suivi d’études avec cours en distanciel… à la trouille réelle de se retrouver virussé pour deux minutes d’inattention2.

C’est souvent vivre confiné dans un espace mal foutu et limité, voire se retrouver avec peu d’occasions de décompresser…!

Ayant moins de contraintes, j’essaye de positiver.

Prolégomènes et rappels

Vous pouvez sauter ce qui suit jusqu’au prochain item…!

Si je n’ai pas trouvé l’énergie pour écrire alors que de larges plages de temps libre me sont octroyées, j’ai pris la décision de ranger — enfin ! — notre vie photographique numérique ainsi que les documents essentiels au format PDF. Bref, laisser à notre tribu des archives quasi rangées…!

Nous avons vidé plusieurs lieux après des décès les années passées et je suis intimement persuadé avoir été touché par le départ de Marguerite, départ qui m’avait inspiré ce billet en 2007… Quid des informations personnelles le jour d’après…

Coup de chance, notre activité d’indépendants a démarrée avec le numérique et je me suis retrouvé, par la force des choses, à devoir organiser l’archivage de nos données professionnelles. Autant le dire de suite, tout n’a pas été idéal et j’ai perdu des datas dont les fichiers originaux de mes premiers bouquins…!

Bref, depuis 1984, j’ai égaré nombre d’octets !

Des solutions technologiques se sont succédées et, après testé des solutions qui se sont avérées nettement moins efficaces qu’annoncées par les voix mielleuses du marketing (…je pense notamment aux solutions avec des bandes magnétiques DAT), j’ai fini par opter pour le CDROM puis le DVD…

Ce, après une gestion de disques amovibles SyQuest (…au taux de suicide impressionnant…) et Bernoulli (…qui n’ont malheureusement pas rencontré le succès en dépit de leur épatante fiabilité et de leur coût élevé).

Puis, les capacités des disques durs augmentant alors que leur cout chutait, j’ai commencé à accumuler ces derniers. À ce jour, j’en ai une vingtaine, de 250 Go à 6 To…

Clichés numériques

Fin septembre 2020, j’ai acquis sur le refurb d’Apple un MacBook Pro 16 pouces (de fin 2019) doté d’un SSD de 1 To qui a replacé mon MacBook Pro 16 pouces de 2009.

Avec ce second confinement (fermeture des universités), j’ai enfin réalisé mon premier objectif qui consistait à déposer sur un unique3 disque dur toutes nos photos numériques. Et ce, dans un ordre chronologique à peu près correct.

Bien entendu, j’ai renoncé à regarder, cliché par cliché, ce que j’archivais. Pas mal de photos en double assurément.

Mais je me suis tenu à une règle simple : un dossier pour chaque jour, le tout dans un grand dossier chronologique.

Et dans ces dossiers, les sources avant tout. Des plus anciennes (JPG, DNG) jusqu’aux plus récentes (CR2, HEIC et JPG issus du post-traitement) avec renomage des fichiers de type horodateur4 en prenant appui sur les métadonnées5.

J’ai même rectifié en batch des noms de dossiers qui possédaient des _ pour les remplacer par des -, histoire que tout soit cohérent !

Côté données personnelles, je suis arrivé au bout de mon second objectif : nettoyé et trié les copies PDF de tout ce qui concerne ma tribu : actes authentiques, factures, contrats…
C’est long mais pratique, notre progéniture n’aura pas à patauger dans ces archives comme nous l’avons fait avec celles de nos propres parents (quand elles existaient…!)…

SuperDuper!

Cette (trop) longue digression pour évoquer le point clé : avoir un disque avec données fiables, c’est bien.
Mais quelques copies du disque de référence (…pour ne pas employer les termes maître et esclave), c’est mieux…!

Au risque de me répéter, il y a plusieurs types de données dans mon univers : via iCloud, une partie de celles sur le disque du portable qui sont identiques à celles de mes écrans iOS (ce texte saisi sur Drafts sera accessible depuis macOS et réciproquement).

Et, sur des disques durs individuels de lourds fichiers photos qui nécessitent un post-traitement via CaptureOne.

Sans oublier ceux pris au iPhone et qui se retrouvent dans l’app Photos via iCloud toujours et que je préfère également post-traiter sur le 16 pouces.

Les données texte et PDF sont sur le Cloud puis distribués dans des disques spécifiques régulièrement ; les photos issues des opérations de post-traitement ainsi que les sources sur un disque plus volumineux.

C’est dans ce dernier contexte que SuperDuper! intervient !
Quel suspens…!

J’emploie cette application de Dave Nanian depuis… juin 20066… Et c’est la seule que j’ai conservée…

Pour info, vous pouvez la tester gratuitement avant de l’acquérir pour un coût modeste…

Avertissement : La première fois, le duplication de votre disque maître vers un clone va prendre… un certain temps7… en fonction du type de liaison (FireWire, USB, USBC) mais également de la vitesse de rotation de vos disques (5400 versus 7200 tours).

reduc-450

Ensuite, quand vous aurez modifié le contenu du disque maître et vous vous assurerez que les duplicatas soient identiques, SuperDuper! ne va regarder que ce qui a changé… Et là, c’est d’une vitesse époustouflante…

reduc-450

Bref, en quelques minutes, les deux disques (…même de valeur de stockage différents, ce qui importe est que le disque qui reçoit la copie ait assez de place pour récupérer les informations fournies par l’original) disposent d’un contenu identique…

reduc-450

Sachant que j’effectue cette opération sur trois clones, ça me demande un quart d’heure et je peux ensuite stocker l’une des copies ailleurs que chez nous…

Bref, je recommande peu de produits mais là, que 15 ans d’usage (et merci à @Doopix qui me l’avait indiqué alors…!).

Voilà…!

Rien à voir : j’ai répondu à une interview amicale pour ecrire-et-presenter.com (…par mail), des questions posées par Agaric avec qui je partage un goût immodéré pour le Markdown et ça donne ceci : Interview de Jean-Christophe alias Urbanbike


  1. le couvre-feu entre autres… 

  2. portez un masque : en plus, ça tient chaud lors des tempêtes avec vent glacial…! 

  3. référence unique mais clonée en trois exemplaires + une copie sur de vieux disques dépareillés de faible capacité 

  4. année - mois - jour - heure - minutes et, si passage dans CaptureOne, rappel du lieu 

  5. avec un outil comme Name Mangler ou Better Rename, voire… les options proposées par PathFinder désormais en version 10 (j’y reviendrais …ou pas) 

  6. urbanbike | SuperDuper! du 26/06/2006 

  7. Fernand Raynaud 

le 18/01/2021 à 19:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?