Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ton temps est précieux, passe à la (…) automatique…

…tu ne parles à personne mais tu interagis avec une machine, que du bonheur !

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

C’est chouette d’organiser sa vie avec un seul but, celui de la performance. Ce besoin guide plein de nouveaux pratiquants dont le mot d’ordre se réduit à ne plus perdre de temps1 car le temps, c’est de l’argent !

Rien ne les rebutent plus que l’attente à une caisse. Heureusement pour eux, les magasins ont inventé les caisses automatiques où il suffit de scanner ses articles et payer !

En théorie car, parfois, cela part en vrille, le programme un peu lent à suivre le rythme du client pressé ou à corriger une mauvaise manœuvre. Et notre champion de se faire houspiller par une voix synthétique ! Et moi, de sourire.

J’imagine (…là, je galèje !) qu’ils font la même chose ailleurs. Voire, chez eux, en se douchant ou en passant aux toilettes à fond de balle, éventuellement en échangeant 3 mots avec leurs mômes ou compagne.

Je l’ai déjà écrit : même si je suis pressé, je préfère attendre quelques minutes et m’adresser à un humain, à l’un de mes semblables. Je ne suis pas le seul, ce qui agace les managers présents qui nous indiquent leurs tristounettes caisses automatiques désespérément sous-employées !

Désolé.

Je préfère le sourire de la caissière (ou du caissier), échanger deux banalités, lui laisser saisir le code barre illisible de tel produit (…eh oui, encore quelques étiquettes à réformer, amis graphistes !) en prenant le temps de remplir tranquillement mon sac à dos avant de régler.

Cette présence de mes semblables me convient, me fait oublier quelques minutes le programme musical exécrable de la supérette (…expérience client m’a déjà expliqué un manager !).

Et, pas si accessoirement que cela, cela nous permet de tenter de sauvegarder un emploi !

Bref, en perdant au mieux deux minutes, je préfère justifier par ma présence et ma fidélité le job des caissiers quitte, je sais, c’est horrible pour eux, à amputer quelques cents de dividendes aux actionnaires !

À nous tous de réagir (quitte à attendre à l’unique caisse disponible comme de bien entendu) car la suppression de ces emplois modestes préfigure la disparition à venir de bien d’autres… Le votre, celui de mes mômes…?!

Note de fin : mais le combat va s’étendre ! Un dernier exemple avec ce qui suit… coffee robot brews your cup at san francisco’s cafe x. Pas de charges sociales, pas de vacances, pas d’horaires, pas de vie de famille… le rêve…!


  1. C’est ce que disent ceux qui en ont beaucoup et ont, trop souvent, hérité !! Et nul besoin de faire, eux-mêmes, leurs courses ! 

le 31/01/2017 à 13:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?