Urbanbike

Recherche | mode avancée

À la une…

Sept billets parmi d’autres…

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

reduc-450

Sommaire général | Index depuis 2003 | …À propos

le 15/05/2020 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

À près de 18 ans, le moment de s’assagir ?

Cesser de (trop) se disperser…

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

En septembre, urbanbike aura 18 ans (…groummphh…!). J’ai testé plein de solutions ces dernières décennies avant de (me) dire… stop !
Si urbanbike prend de l’âge, il n’est pas le seul à vieillir !

Au lieu de maintenir plusieurs moteurs de blogs, multiplier les composants à mettre à jour, je vais regrouper une partie dans une seule structure, celle qui s’affiche sur votre écran.

Oui mais tu pourrais utiliser la solution biiiip avec du code niiiiimp sur une plateforme d’editing kluuxxx. Et, avec de simples commandes terminal, tu… Non !!!

Merci, soyez audacieux, inventifs, vous avez la vie devant vous et ce truc précieux que l’on nomme du temps.

reduc-450

  • Pour ma part, je vais essayer de ne pas me retrouver dans cette posture…!

J’aspire à continuer à écrire mes balivernes dans Drafts et à les publier dans un unique écrin numérique.

Mon fidèle hébergeur, monarobase pour ne pas le nommer, m’accompagne dans cette nouvelle phase ainsi que Dominique

Catégories

Si Photager reste autonome, ancr.es a été fusionné avec la catégorie ailleurs et c’est devenu ancres, CQFD.
D’autres sites suivront.
Ou pas.

Ce sont les noms de domaine qui pointeront sur telle ou telle catégorie et basta.

En résumé, ancr.es arrive directement dans urbanbike. Pour mémoire, c’est le cas pour nazbrokology.com.

Il n’est pas dit que je change à nouveau d’idée un de ces jours mais pour le moment, j’aspire à vivre la fin de cette décennie (pour moi, hein…!) sans me faire plus de cheveux blancs (…qui a dit que je n’en avais quasiment plus…?!).

À suivre…

le 10/05/2021 à 11:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Quand le numérique s’évapore quelques jours…

Interruption complète wifi et mobile

dans dans mon bocal | grospod | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Sur notre île, Belle-Île en mer, il est rare que le réseau cellulaire s’évapore en même temps que les accès ADSL mais ce n’est pas impossible, nous venons de vivre plus de 80 heures d’interruption continus !
Un gros coup de vent, une partie fragilisée des installations cet hiver, une attaque…?
Non, un arrachage de câbles essentiels lors de travaux et le réseau — tous opérateurs confondus — s’est effondré : le transport de données habituellement assuré par l’opérateur historique n’atteint plus trois des quatre villages !
De plus, à la veille d’un pont1, ce n’est pas une situation agréable pour les touristes de passage !

Hormis le pourquoi du comment inexpliqué pour l’heure même si les infos remontent doucement, c’est bien l’absence soudaine de connexion qu’il faut encaisser, énorme trou d’air dans notre quotidien !

Nous nous sommes habitués peu à peu à une disponibilité permanente et aisée à internet et aux divers services.

Bien entendu, nous étions un poil frustrés vu le coût mensuel des services numériques additionnés… mais protester est inutile ! À nous de nous adapter.

Pas question d’envisager un changement d’opérateur : le problème est identique pour tous2.

En longeant la côte, on arrive parfois à obtenir un peu de réseau depuis les antennes des îles voisines ou encore de celle de Le Palais qui reste opérationnelle.

Gag : comment alerter l’opérateur du dysfonctionnement en cours ?!
Impossible de prévenir3 notre fils aux USA avec qui l’on s’entretient chaque soir, décalage de neuf heures oblige…

Rappel : l’impact était général, tout le monde touché et ça bruissait dans toute l’île avec la rumeur d’une reprise le lendemain à 12:00 puis à 18:00… Que nenni ! Samedi après-midi, mon MacBook s’est soudainement raccordé, preuve immédiate que les choses rentraient dans l’ordre…

L’iPhone dans ma poche !

Dans ce type de situation, mon iPhone ne se transforme pas pour autant en brique ! Je peux toujours prendre des clichés ou lire des ePubs ! Et me faire réveiller, le laisser compter mes pas. Ou écrire dans Drafts tranquillement l’amorce de ce billet.

Toujours disposer de livres numériques4 en attente, de podcasts téléchargés par précaution. Ici, nous avons l’habitude des provisions, les rotations maritimes étant souvent suspendues lors des tempêtes et cela peut durer quelques jours…

Mais il est clair que l’on est accro à cette connexion permanente pour nous informer ou échanger…! Voire aux fils Twitter dans mon cas !

Généralement, même en mode dégradé, nous avons accès au réseau cellulaire. Paradoxalement, c’est lui bien plus que la box qui nous a fait défaut.

reduc-450

  • Pratique accessoirement pour appeler les secours quand il y a autant de randonneurs sur notre île qui est passée en mode… #BelleÎleLand…

Télécharger préventivement !

Je me répète : comme nous subissons des altérations de connexion l’hiver (…avec les lignes cuivres de l’ADSL en milieu salin, je ne vous fais pas un dessin), nous avons tous notre stock d’ePubs à lire, de podcasts thématiques5 en attente.

reduc-450

Dont le livre de Lucie Azema, Les femmes aussi sont du voyage (épatant bouquin, plébiscité par ma fille…) qui aborde plein de points pertinents, à faire lire à vos ados également…

reduc-450

J’ai eu le temps d’écouter 4 épisodes sur 5 d’une chouette émission où Marjane Satrapi est interviewée. J’ai apprécié sa franchise et son absence de langue de bois, elle est cash dans cette série “à voix nue”. Puis, en fin de soirée, un peu de jazz avec Sarah Vaughan, une émission sur Hannah Arendt

Du temps dans les dictionnaires

Le côté amusant est de revenir aux fondamentaux dont le plaisir de feuilleter les dictionnaires. Ainsi la dernière édition du Petit Robert arrivée il y a peu.

reduc-450

Qui dit feuilleter, dit tourner les pages : saviez-vous que c’est possible sur cette application ? En effectuant un simple glissement d’un bord vers un autre ! Idem dans le Robert Historique

Bon, et après : la promesse de nouvelles emmerdes…?

Vu que l’on bascule à toute vitesse dans un environnement 100 % numérique, que les utilisateurs n’ont pas toujours les connaissances de base, ce type de situation risque également de faire le délice des malandrins ! Mais aussi fragiliser le tourisme ! Comment réserver sans confirmations, etc.

Si des hôpitaux sont victimes de tentatives de rançon, pourquoi pas — demain — un opérateur ? Ou ses clients ? Bref, espérons juste un peu de transparence sur cet incident après la fin de cette panne ! Et pas une simple réparation de fortune en attendant le prochain incident…

Clin d’oeil : le retour du papier et de la radio…

Histoire de s’informer pendant cette panne, on a rebranché une radio mais sans recueillir d’infos au sujet de notre panne…

Notez que cet incident renforçait le thème de la précédente chronique, L’instant « présent » ? Oui, à fond…!…!!

Même si parfois on peut s’agacer que certaines procédures nécessitent l’envoi de courrier (paradoxalement, pas si inutile si la lettre arrive plus vite qu’un courriel parfois…!), il serait bon de former les équipes de support !

Le papy qui vit le dysfonctionnement peut (si, si…!) s’agacer de recevoir un… « Afin de comparer la qualité de réception, pouvez-vous svp tester votre carte sim dans un autre smartphone compatible 4G ? Merci » !

L’utilisateur un poil aguerri s’est déjà enquis auprès de ses voisins, a constaté que les trois portables de sa tribu sont hors service, eu son vieux copain dans les Pyrénées (!) qui, tout de go, a vérifié les DSLAM locaux et identifié le fauteur de troubles …qui n’est en aucun cas l’opérateur (tous ici étaient en rade).

Ce qu’il attend, c’est l’envoi de SMS d’informations de la part de son opérateur, SMS qu’il pourra relever à l’occasion… au lieu d’aller à la pêche à ces dernières !

Bref, vive la start’up nation aux pieds… d’argile !

Note de fin : j’espérais regarder une ou deux vidéos d’ARTE que j’avais téléchargées récemment… En fait, il semble qu’il faille impérativement être connecté pour les regarder même téléchargées, c’est rigolo, non ?!Mais peut-être que la date limite de diffusion était-elle passée…

reduc-450

À la prochaine panne…!

NB : j’attends quelques mots de notre opérateur et discuter des manières de nous informer lors d’une nouvelle séquence…


  1. en cas de chute de randonneur (il semble qu’il y ait une épreuve sportive ce week-end), ça va être compliqué d’appeler les secours, guider un hélicoptère… 

  2. peu à peu, les informations remontent : seuls les usagers du réseau Orange (qui est celui qui a historiquement mis le premier le pied sur Belle-Île en mer !) sont prévus par SMS et il semble (au conditionnel) que lors de travaux à Palais, des câbles ont été touchés jeudi, ceux alimentant une majeure partie de l’île. La dernière rumeur parle d’un redémarrage des services lundi soir. Sauf si les équipes dépêchées sur l’île bouclent les réparations plus tôt ! 

  3. j’y suis néanmoins arrivé en m’y reprenant une vingtaine de fois avec des connexions 4G de quelques secondes ! 

  4. et, bien entendu, ceux en papier…! 

  5. on profite des balades et de l’accès à un peu de 4G pour recharger nos portables en podcasts ! 

le 08/05/2021 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

L’instant « présent » ? Oui, à fond…!

D’abord, couper le robinet des infos…

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je relis ce qui suit et un sourire me gagne : est-ce un vœu pieux, une promesse, un objectif déraisonnable…? Ces lignes pour esquisser les méandres de ma réflexion…

En gros, la mise à distance de l’information, qu’elle soit radiophonique, visuelle1 ou écrite, est-elle encore possible ?! Vaste question…!
Ces derniers mois, j’ai fini par en avoir franchement marre d’entendre annonces et alertes contradictoires, discours lénifiants, injonctions martiales (sic…!)…
Merci, je pense que l’on a tous compris et, comme toute ma tribu, je fais prends les dispositions ad hoc2.

Alors, j’ai réduit les sources d’info…

Pour Twitter, le ménage a été simple à gérer : la limite de nombre de signes des tweets associée à la possibilité de masquer centaines thématiques et/ou les visuels3 filtre ce qui ne m’intéresse pas.

Pour les autres flux continus d’infos à bas bruit, je préfère aller les ouvrir une ou deux fois par jour via des fils RSS ou en les sites d’infos en ligne.
Mais oublier de le faire n’est pas mal non plus…!!

Pas question de vivre dans un cocon mais bien de limiter les interactions avec les sources d’actualité les plus toxiques !

Cela n’empêchera pas la planète de continuer à partir en vrille, le réchauffement climatique de dépasser les prévisions les plus pessimistes, les gens de s’entretuer pour des motifs irrationnels, la pandémie de se balader tranquillement…

Par contre, n’être pas prévenu instantanément de ce qui se déroule devient un luxe…!

Plus de temps dehors…

C’est généralement le matin que je prends connaissance des principales informations (…ou après une courte sieste). Mais, clairement, j’essaye d’éviter de me laisser aspirer par ces dernières…

Moins de brèves c’est, de facto, nettement plus de sorties dans la nature environnante pour entendre le chant des oiseaux, le ressac des vagues.
Ou simplement suivre des yeux les nuages, s’émerveiller de la beauté de la flore.

Chaque jour, je me balade une à deux fois autour de notre logement, j’ai beau passer aux mêmes endroits par la force des choses (la limite de circulation imposée), ce n’est jamais le même point de vue…
Ma lecture du territoire se renouvelle sans cesse, de nouvelles fleurs apparaissent, je découvre des pépites comme cette étoile orange ce matin à la pointe du Skeul.

reduc-450

S’il y a un coté positif à la pandémie, c’est de m’avoir contraint à (re)prendre le temps d’observer mon cadre de vie. Comme un énorme RESET qui m’amène à relativiser, à aller à l’essentiel maintenant et tout de suite.

…à observer !

Je reprends la formule #EthnologueChezSoi4 de Jean-Didier Urbain…! Portons, à chaque sortie hors de nos pénates, un regard neuf sur notre environnement en étant capable(s) de nous émerveiller pour la pâquerette qui vient de sortir de terre, les piafs qui se chamaillent pour une plume…

S’abîmer dans la contemplation de ce qui nous entoure est stimulant, indispensable !

En ne laissant pas les nouvelles du monde accaparer mon attention, ça se ressent sur mes nuits qui deviennent plus calmes.
Mêmes les bribes conservés de mes rêves sont rigolos : il y a trois jours, je me suis réveillé alors que je calligraphiais à la plume plate et à l’encore de Chine ; ce matin, j’étais en plein dans des réglages de fonds perdus sur une maquette…!

À suivre…


  1. Je ne regarde pas la télévision, un documentaire accessoirement sur Arte. Quelques minutes de radio en streaming le matin en vidant le lave-vaisselle et en préparant le petit-déjeuner… Plus souvent un podcast thématique… 

  2. Bien que vaccinés avec une première injection, on reste prudents, elle n’a pas altéré notre manière de procéder… 

  3. Se souvenir qu’il est possible de désactiver ces derniers, ce qui permet de se concentrer sur le contenu. 

  4. Relire Ethnologue, mais pas trop 

le 25/04/2021 à 19:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad Pro …de plus en plus Pro ?

La réponse viendra des premiers utilisateurs…

dans grospod | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Venant de prêter à un copain l’équivalent de deux iPad Pro1 correctement dotés2, les perspectives d’en tester un s’éloignent…

J’attendrais d’être à proximité d’un magasin Apple après réouverture des commerces non essentiels pour solliciter le droit de poser mes doigts sur un écran de démonstration…

La qualité de l’argumentaire écrit par le marketing d’Apple lors de ces annonces associées aux spécificités techniques de chaque produit sont simplement ébouriffantes.

Écran nettement plus lumineux, processeur commun3 avec les machines disponibles sous macOS, c’est loin d’une simple mise à jour…!

Il y a dix ans (…nom de zeus, c’est dans ces instants là que tu sens que le temps file…!), j’avais livré à mon éditeur le fichier numérique sous InDesign de la première version de Travailler avec un iPad4.

Si j’étais convaincu que l’iPad était déjà un écran épatant pour bosser, c’est à l’initiative de Jean-Baptiste G., éditeur chez Dunod, qui m’avait commandé ce livre que l’on doit cet ouvrage. La première édition en noir et blanc s’était correctement écoulée, la seconde en couleurs n’a pas rencontré (sic !) le même enthousiasme…!

Plus que jamais je reste convaincu du potentiel de ces tablettes, mon propre iPad Pro grand format de la toute première génération reste à portée de stylet pour écrire.

Depuis le lancement de cet écran, une admirable fonction s’est invitée, la possibilité d’écrire « à la main » sur l’écran en disposant — en sus — d’une fonction de translation en caractères d’imprimerie, excusez du peu…! Cela s’est fait graduellement avec l’arrivée de Stylus5 puis de Nebo6. Et, fin 2020, Griffonnage (alias Scribble) — héritage du Apple Newton — s’est définitivement inséré dans l’iOS dédié au iPad.

Rien que pour cette épatante fonction (je pèse mes mots), je préfère employer l’iPad pour prendre des notes, pencil à la main, confortablement installé dans un fauteuil, voire carrément allongé dans un canapé…!

Bon, c’est possible quand je suis à la maison, le reste du temps c’est mon écran à tout faire est l’iPhone avec Drafts.

Avec un iPad Pro 12,9 totalement revu, 1500 fois plus réactif (…si j’ai tout bien compris…!), c’est un très très GrosPod qui est disponible. Cela devrait intéresser des tas de professions qui n’ont pas besoin de disposer d’un clavier sous leur nez en permanence.

Sans oublier ce port Thunderbolt/USB 47 disponible, ça change nombre de perspectives dont celle de réaliser directement du post-traitement d’images.

Écrire dans ia Writer, Ulysses et, bien entendu, dans Drafts ne nécessite pas (toujours) de disposer d’un clavier à demeure… les balises markdown peuvent être ajoutées après coup tranquillement via leurs barres additionnelles, c’est-à-dire après avoir dicté son texte ou l’avoir écrit à la main

Alors, sur un iPad réactif, avec la dernière version du Pencil, j’imagine sans peine que l’on doit se sentir nettement plus proche de la feuille de papier (…pour ma part, je n’ai pas de souci avec la glisse du Pencil sur l’écran, question d’habitude).

Bref, j’envie (!!) tous ceux qui testeront prochainement cette mouture survitaminée du iPad Pro…!

Pas de frustration pour ma part, mon vieil iPad Pro fonctionne toujours, supporte la bêta de iOS 14.6 (si, si !). Seule sa batterie fatiguée me conduit à le laisser à l’attache comme un vieux canasson fourbu (!) hormis pour des balades de courte durée.

Fiabilité et durée dans le temps…

À près de 2000 € avec les options les plus intéressantes, ce n’est pas de l’argent dépensé en vain. Les nouveaux acquéreurs de ces écrans peuvent tabler sur une petite décennie d’utilisation quotidienne selon mes propres critères.

Voilà un point que nombre de personnes oublient : la fiabilité des produits « pommés » et leur durée dans le temps. Peut-être que le prix (justement…!) y est pour quelque chose, allez savoir ?!

Ceci explique pourquoi une once de frustration m’est étrangère : je n’ai plus d’activité professionnelle, plus d’articles à écrire en quatrième vitesse pour un blog collaboratif, cette pandémie agit comme un énorme RESET sur nos vies, nous incite à prendre du recul — si cela est encore possible — sur ce que nous souhaitons pour nos proches et nous mêmes…

Alors, oui, j’attendrais que notre pote dans la mouise nous rembourse peu à peu notre prêt amical, cela me semble nettement plus indispensable de filer un coup de main8 que d’arrondir les résultats d’une boite à laquelle je suis fidèle depuis… 1984, question d’éthique…

Ce matin, à nouveau grande balade en bord de mer, pas mal comme grand écran…

reduc-450

À la recherche des toutes petites fleurs…!

reduc-450

À suivre…!


  1. voir les options chez Apple 

  2. En cette période de pandémie, c’est assez hallucinant de voir certaines banques lâcher les auto-entrepreneurs qui n’ont pourtant rien demandé et, d’ailleurs, rien reçu… 

  3. sans oublier les 16 Go de RAM sur les modèles avec 1 To (mon premier choix) ou 2 To de stockage 

  4. Travailler avec un iPad | livre début mars 2011 ; suivi d’une version 2, Travailler avec un iPad, seconde édition en juin 2012… 

  5. MyScript Stack et Stylus pour écrire à la main sous iOS en mai 2016 

  6. Nebo …la prise de notes pour iPad pro et Pencil | 1 (et les nombreux épisodes qui ont suivi depuis aout 2018) 

  7. Pour recharger, certes, mais supportant également Thunderbolt 3, USB 4 et USB 3.1 Gen 2. 

  8. Nous mêmes attendons depuis des années (grrrrr…) quatre remboursements (?) au titre de l’article 700 de nos frais de justice, de quoi régler quelques iPads… 

le 24/04/2021 à 16:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Boites à pixels | Canon R3 ou iPhone 13 ?

Ou rien… pour ne pas changer !

dans dans mon bocal | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit fait partie du maelström de réflexions qui m’agite pour un futur — très — lointain… et plein de si…!
…Si la situation épidémique et ses divers variants finissent par être contenus ; …si le confinement s’éclaircit pour nous permettre de déambuler au-delà de 10 kilomètres ; …s’il nous est à nouveau possible de franchir les frontières proches…
Alors pourquoi ne pas tricoter quelques projets dont celui, absolument non essentiel, de renouveler nos boites à pixels…?!

Depuis quelques années, le remplaçant des reflex numériques est l’iPhone. Après le 5s, un 7 Pro1 à deux optiques nous a accompagné en Espagne et au Portugal, Un 11 max à trois optiques autour d’Aix-en-Provence et dans le Sud avant de nous suivre sur notre île.

J’apprécie sa présence légère dans ma poche (son encombrement ne m’a jamais gêné…), sa disponibilité permanente pour des tas d’usages dont écrire ce billet, le paquet d’optiques embarquées ainsi que la qualité des clichés capturés au format HEIC.

Le retour des optiques macro

Depuis une année, confinement oblige, je revisite les quatre optiques Canon en notre possession, certaines suspendues en terme de fabrication2. Elles attendaient bien protégées dans les cartons de notre déménagement.

reduc-450

  • Dont les optiques macro en premier lieu…

De ces mêmes cartons scellés en janvier 2019, j’ai exhumé les boîtiers hors d’âge que sont le Canon 5D mark… 0, le chouette 1Ds de l’ami Renaud. Sans oublier mon Canon M… 0 de première génération, boîtier qui nécessite d’anticiper franchement l’appui sur le déclencheur pour obtenir une photo au moment opportun…!

En retrouvant une batterie opérationnelle pour chacun de ces boîtiers, en testant les combinaisons des optiques (…Canon n’abandonne pas ses clients et propose des bagues d’adaptation, ce qui nous permet de visser le 100 macro sur le M) et avec cette période de calme soudainement vacante, nous n’avons pas eu le temps de déprimer.

Limités au quart d’un cercle d’un rayon de 10 kilomètres (!!), ma fille et moi, sentier faisant, embarquons quotidiennement une seule optique vissée sur un boîtier. Le vieux 5D fait généralement l’affaire avec sa splendide soupe de 12 millions de pixels.

L’ensemble glissé dans un sac à dos, hop, nous marchons les yeux grands ouverts vers le sol à la recherche… de la flore velue ! #AuPoilLaFlore !

reduc-450

Si elle prépare son mémoire de M2, ma fille me pousse à sortir une fois par jour, quelque soit le temps, sur les chemins vicinaux.

Bref, voilà une année (…exceptée la coupure vite refermée de la rentrée 2020) pour la seule raison que nous avons graduellement repris goût à utiliser nos anciennes optiques Macro…!

Poursuivre !?

Héhé, c’est la question : est-ce que cela augure d’un retour à la photo numérique avec boîtier et optique, dispositif un peu lourd à trimballer ? Allons-nous succomber à la prochaine génération des boîtes à pixels3 Canon ?!

reduc-450

Nos fils RSS remontent des billets techniques sur la génération R3, un 100 mm macro piloté à l’œil4, les boîtiers professionnels de cette gamme. Et, bien entendu, une nouvelle bague d’adaptation qui nous permettrait de relier nos vielles optiques à ces deniers.

Ou vais-je opter pour un iPhone 13 max avec des optiques plus lumineuses et quelques millions de MP en plus, le 11 max atterrissant dans la poche de ma fille ?

Quelque chose m’indique déjà5 que la situation actuelle va perdurer !

En parallèle, CaptureOne…

Si la prise de vue est commune, le post-traitement m’incombe, relire CaptureOne 21 | Usages de base….

À ce propos, je poursuis ma découverte des possibilités de CaptureOne Pro (version 21), traite mes jeunes et vieux CR2.

Et, quand j’y songe, également mes HEIC Apple via ce même outil. C’est d’ailleurs ma seule décision ces derniers mois, celle de regrouper dans des dossiers quotidiens les prises de vues tant CR2 que HEIC et, dans un second temps, les exports au format JPEG moulinés ensuite avec JPEGmini Pro 3 pour ne pas crouler sous le nombre de disques durs (…bon, il faut sérieusement que je songe à commander un nouveau 6 To)…

reduc-450

  • La bonne surprise, c’est le passage de la Caille de Lait ; la mauvaise, c’est que je n’ai pas eu le temps de réajuster la vitesse…

Aucune urgence à vrai dire…

Idem, la keynote d’Apple6 hier m’a rappelé que je ne n’ai plus que deux vieux reins à vendre…! Et qu’il n’est jamais bon d’annoncer ce que le temps finira bien par présenter…

Aussi, mon but est que toute ma mini tribu, même séparée par 8900 kilomètres, sorte en bon état de cette pandémie.

Le reste est du domaine des rêves éveillés, cette année quasi immobile me démontrant que l’on peut toujours prendre de chouettes clichés avec du très vieux matériel. L’important immédiat (à défaut de quitter notre territoire) est de continuer à nous balader, à déambuler sur les chemins, capturer l’instant présent en le goutant pleinement.

Et non de trimballer une optique de compétition, le dernier boîtier au goût du jour, commander sur la champ la nouvelle configuration pommée.

Bref, fidèle à nos préceptes …fondés sur une cruelle absence de… sesterces…!), on avisera au moment opportun… Ou pas !

reduc-450

  • Chez nous, le gendarme veille (joke)…

En attendant…

J’ai mis en ligne sur le site de Drafts quatre thèmes dont celui-ci : c’est à prendre tel, l’idée est de partager ma propre vision de la gestion des contrastes en mode sombre ou clair…

reduc-450

À suivre…


  1. Désormais entre les mains de ma fille 

  2. C’est le cas du 180 macro ou encore du fabuleux 135 mm, lire Canon EOS R3 development announced: high-end full-frame mirrorless 

  3. lire Canon Announces Development of the EOS R3: ‘A New Class of Camera’ 

  4. lire Canon Unveils RF100mm f/2.8 L Macro with Unique Bokeh Control Ring 

  5. Finances certes ! Simplement choisir le meilleur usage. 

  6. Épatante keynote qui boucle mon propos entamé en 2011 (p’tin, dix ans déjà…!) sur les usages de l’iPad que j’avais consigné dans un livre en mars… 2011, Travailler avec un iPad | livre puis sa seconde édition qui fut un flop… Travailler avec un iPad, seconde édition. Bref, avoir raison trop tôt ne sert à rien (déjà sur le GrosPod puis sur le iPad Pro comme… machine de travail…!). 

le 21/04/2021 à 12:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Markdown et macOS | Byword

Minimaliste…

dans écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’évoque souvent Drafts ici même. Mais j’ai envie de revenir succinctement sur quelques produits qui m’ont marqué ces dernières années.

En changeant (enfin…!) de MacBook pour un 16 pouces après onze années de 171, je suis reparti à zéro…

J’étais resté bloqué à une version assez lointaine de macOS. J’ai découvert BigSur, pris du temps pour revisiter ce système, me débarrasser au passage de mes habitudes précédentes.
Et enfin, j’ai réinstallé les applications indispensables tout en mettant de côté quasi trente ans de compagnonnage avec Adobe.

Et j’ai installé Byword à la fin.

Par jeu car il ne correspond plus à mes usages : je me suis habitué à disposer d’une palanquée de scripts personnalisés que Drafts me permet d’ajouter ou de retrancher à ma guise.

Néanmoins Byword occupe une place particulière. Il reste pour moi l’une des principales clés de ma découverte du balisage Markdown.

Et je n’ai pas oublié l’équipe de développeurs sympas et réactifs2 avec qui j’échangeais à cette période : appelez cela de la fidélité.

Quelques copies d’écran

Pour décrire sous macOS l’interface minimale qui m’avait séduit alors et qui reste redoutablement efficace en 2021, quelques rappels…

reduc-450

  • Publier son texte sur une plateforme…

reduc-450

  • Exporter au format souhaité…

reduc-450

  • Prévisualiser le rendu…

reduc-450

  • Notes de bas de page comprises…

reduc-450

  • Gérer la largeur de ligne, l’aspect du texte et déjà un mode sombre…

C’est, entre autres, ça Byword…! Simple, élégant et efficace…

Efficace

Aujourd’hui, Byword fonctionne bien sous la dernière mouture de macOS et reste un outil épatant pour ceux qui ont envie de se coltiner au balisage Markdown.

Un unique bémol : il est dommage de ne pas disposer dans la touch bar du 16 pouces des équivalents en clair, une sorte de barre additionnelle comme sous iOS même si les équivalents clavier sont faciles à acquérir.

Hormis cela, Byword propose toujours un guide succinct au balisage Markdown et MultiMarkdown, celui qui m’avait mis le pied à l’étrier.

Bref, Byword reste un très chouette outil de texte, tant sous macOS que iOS et je trouve naturel de l’évoquer à nouveau… même si je ne l’utilise plus.

À suivre…


  1. …qui a fini par cesser de fonctionner après la mise en route du 17… Un hasard, je n’y crois pas :-) 

  2. uma equipa de programadores portugueses de muito alta qualidade, receptiva e amigável! 

le 10/04/2021 à 22:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?