Urbanbike

Recherche | mode avancée

Un an sur Day One

Journal, fragments et notes au long des jours

dans dans mon bocal | écrire
par Jean-Christophe Courte

Préambule : Depuis quelques semaines, je supprime de mes écrans les applications inutiles. Pour la seconde édition de Travailler avec un iPad, j'avais accumulé un nombre extravagant d'applications de toutes natures, tant pour iPhone qu'iPad. Bref, je réduis utile (voir cette chronique sur urbanbike). J'agis de même sur mon Mac de production même si j'ai un gros faible pour les traitements de texte…!

@urbanbike

Je n'évoque pas Pages, Word et, bien sûr, InDesign mais bien ces outils qui me permettent de prendre des notes sur n'importe quel écran.

Au milieu de cette collection hétéroclite, il y a un particulièrement qui s'est rendu, au fil des mois et même des années, indispensable : il s'agit, bien entendu, de Day One.

Alors qu'il existe autant de produits de traitement de texte, peu-à-peu les options spécifiques de Day One ont creusé l'écart.

Démarrant souvent une note depuis une photo prise avec l'iPhone, je le complète sur l’iPad, voire temporairement dans un autre traitement de texte avant qu'elle ne regagne, au final, chronologiquement sa place.

@urbanbike

Et j'essaye désormais de l'associer au tag idoine. Encore pas mal de travail pour ajouter des mots clés à toutes mes entrées…

Day One, le jeep du traitement de texte…

J'ai très (trop…?) souvent cité cette application dans une dizaine de billets sur urbanbike depuis que je l'ai découverte et notamment dans celui-ci. Arrivant quasiment à la fin de l'année, j'ai eu la curiosité de jeter un oeil sur ma propre production…

@urbanbike

Plus de 730 notes avec 180 photos (photos ajoutées comme icônes aux billets personnels, témoignages…).

@urbanbike

Pour me retrouver dans ce flux, le calendrier bien entendu. Mais aussi les tags pour faire le tri entre les billets pour urbanbike et mes notes personnelles…

Dans ma pratique, la majeure partie de ma saisie est réalisée sur mon iPad. C'est sur cet écran que je développe mes billets entamés sur l'iPhone via une simple photo.

petite note en passant, la version sur Mac est à ce jour légèrement en retrait et ne supporte pas encore les tags même si ces derniers sont bien conservés dans le code des billets partagés. Vu la qualité du développeur, cela ne m'inquiète aucunement et je ne serais pas surpris découvrir une version OSX à jour début 2013.

la photo est loin d'être un gadget

Ma propre pratique de Day One a évoluée avec la possibilité de lier une image à chaque note. Certes, pour mes billets urbanbiquettesques (vous me le répéterez 10 fois…!), les images ou copies d'écran sont dans le flot de ces derniers et stockés sur le serveur du blog. Mais pour les autres, que nenni…!

@urbanbike

Du coup, je prends plus fréquemment de photos, la plus symbolique étant alors associée à mon texte.

@urbanbike

En effet, la possibilité d'ajouter une photo en préambule d'un billet est loin d'être un gadget. Chaque image prise avec l'iPhone étant géotagguée, ceci permet de localiser l'emplacement de la prise de vue. Mais également de savoir à quelle heure et à quelle date l'image a été prise.

@urbanbike

Day One en profite pour y associer les infos météos du jour. Tout cela me semblait ridicule le jour même mais s'avère fort pratique quelques semaine plus tard quand ma mémoire tend à faire défaut ! Du coup, je n'ai jamais été aussi précis dans mes souvenirs !

@urbanbike

Ensuite, une autre habitude à prendre est de réaliser autant de micros billets — parfois d'une seule ligne — au lieu de s'astreindre à n'en rédiger qu'un seul pour la journée ! Du coup, chaque événement marquant, chaque acte de la journée peut faire l'objet d'une note, photo idoine à l'appui bien entendu !

@urbanbike

Ces petits plus sont très importants car, au moment de la rédaction, hormis décrire parfois l'image que j'ai sous les yeux, l'heure comme la température participent également et me replacent dans les conditions.

À tout moment, il est facile de se concentrer sur la flopée d'évènements d'une journée en utilisant le calendrier, les billets étant triés dans l'ordre, anté-chronologiquement pour être précis…

@urbanbike

Et d'en sélectionner un pour le compléter tranquillement tout en recourant à la barre additionnelle que l'on fait glisser d'un coup de doigt de gauche à droite pour afficher ses divers contenus (trois affichages différents).

Sur Mac, une version de retard…

Pas d'inquiétude comme écrit précédemment… Les versions montent en puissance peu-à-peu et celle sous OSX n'y échappera pas. Mais c'est bien sur cette dernière que le notion même de chronologie se lit le mieux…

@urbanbike

Et chaque case de calendrier basculée en bleu indique du contenu ; celle en rouge, la date où vous vous situez…

@urbanbike

Les images ajoutées sur iPhone ou iPad sont bien visibles (stockées dans un répertoire spécifique) et il vous est toujours possible d'en changer, de modifier la date, etc.

XML et Markdown

@urbanbike

Mais, à mes yeux, l'une des très grandes options de Day One est, bien entendu, l'emploi systématique du Markdown. À gauche le texte tel qu'il est présenté (avec les images stockées sur le serveur si vous en disposez d'un…). À droite ce même texte en mode édition avec une très sobre et efficace coloration syntaxique du code.

@urbanbike

Non seulement ce texte ne pèse rien mais vous pouvez le copier coller pour le traiter sur un autre éditeur Markdown comme Byword, MultiMarkdown Composer, FoldingText, iA-Writer ou même Mou (écran précédent).

@urbanbike

Enfin, n'oubliez pas que vous pouvez exporter depuis la version Mac en .txt ou en Markdown chaque billet. Ou la totalité…! (ici ouverte sous MultiMarkdown Composer avec son plan latéral )

Bref, Day One fonctionne en XML pour stocker tous vos billets mais ne vous retiendra jamais avec un format propriétaire… Faire un bout de chemin avec Day One ne vous empêchera jamais d'aller vous balader ailleurs… Seuls les tags et infos de l'image seront perdues (mais il n'est pas dit que le développeur n'ajoute pas des options ad hoc dans sa moulinette d'export…).

Contenu dans le Cloud…?

Vous pouvez bien entendu l'utiliser localement mais également employer iCloud ou DropBox pour synchroniser vos contenus.

@urbanbike

Pour ma part, j'emploie DropBox mais je stocke également des backups de ma base de données texte sur mon Mac.

Voilà à vous de jouer avec cet outil qui n'est pas qu'un outil pour écrire son journal intime…! Nous sommes désormais deux à l'employer chez moi… Ma fille écrit tous les jours son journal de bord sur son iPad et est même passée à Markdown.

Note de fin : Qu'est que j'attends de plus sur cette application…? La possibilité de créer d'autres flots distincts… De dissocier mes notes personnelles dans un flot et celles pour urbanbike dans un autre (et donc, imaginer pouvoir ouvrir des rubriques de projets d'écriture pour être clair). Ensuite, un export plus sioux, du ePub par exemple. Ou de ne pouvoir exporter dans l'ordre que les billets comportant tel Tag.

le 27/12/2012 à 13:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte |